Paris 26.09.2017, 17h37   CRF  17,09 €  +3.45%
05/07/2017

La gouvernance de la RSE

BELOW

La gouvernance de la RSE est structuré à plusieurs nivéaux, des opérations dans les différents pays jusqu’au Conseil d’administration du Groupe Carrefour.

Au niveau opérationnel, les directions de chaque pays disposent de structures RSE locales chargées de mettre en place et coordonner les actions RSE auprès des équipes en magasin et des métiers transverses. Les magasins sont l’un des principaux lieux d’expression de la RSE. Ils font vivre et mettent en valeur les actions, par exemple via la démarche Antigaspi, les partenariats avec les apiculteurs, les filières de traitement des déchets ou les dons alimentaires. Les métiers sont regroupés en files (file marchandises, file supply chain, file qualité et RSE, file technique, file finance, etc.), vecteurs privilégiés d’échange d’informations entre les pays et les métiers. La RSE suit ce même canal d’information pour solliciter les équipes opérationnelles et les encourager à proposer des projets innovants sur les trois axes de sa stratégie RSE. Pour certaines activités, comme l’achat de produits d’importation non alimentaires ou l’achat de produits de la mer, Carrefour coconstruit avec les métiers ses règles d’achat et en organise le contrôle de l’application.

Au niveau du Groupe, la Direction RSE, directement rattachée au Directeur Général Délégué de Carrefour – Secrétaire Général du Groupe, est garante de la mise en œuvre de la méthode RSE.  Son rôle consiste à définir la stratégie de responsabilité sociétale du Groupe, piloter son déploiement, initier des projets et porter les dossiers au plus haut niveau de l’entreprise, et veiller à la mise en œuvre des orientations fixées et à la diffusion des bonnes pratiques en interne.

Au niveau du Conseil d’administration, un Comité RSE a été créé en 2015. Il procède à :
—    l’examen de la stratégie RSE du Groupe et de la mise en œuvre des projets liés à cette stratégie ;
—    la vérification de l’intégration des engagements du Groupe en matière RSE, au regard des enjeux propres à son activité et à ses objectifs ;
—    l’appréciation des risques, l’identification de nouvelles opportunités, la prise en compte de l’impact de la politique RSE en termes de performance économique ;
—    l’examen du bilan annuel de la performance extra-financière ;
—    l’examen de la synthèse des notations réalisées sur le Groupe par les agences de notation et par les analyses extra-financières.

 


 

Plus d'actualités

07/09/2017

Sur place ou à emporter ? Les modes de vie urbains changent et les...Lire la suite

12/09/2017

Avec la nomination de « l’Equipe Challenge » au sein de son Comité...Lire la suite

12/09/2017

Suite au passage de l’ouragan Irma qui a notamment frappé les Antilles...Lire la suite